Une série de Caroline Fourest et Fiammetta Venner sur une idée de Corinne Evens

…Pourquoi ce projet ?

« 100 femmes musulmanes se racontent » est une série proposée et réalisée par Caroline Fourest et Fiammetta Venner. 100 petits films de 8 à 12 minutes sur la vie de 100 femmes musulmanes que nous voulons mettre à la disposition de tous, sous la forme d’une exposition, d’un site Internet et d’une application pour téléphones mobiles.

… Pourquoi des femmes ?

Parce que leur statut, leur vécu et leur regard en disent plus long sur une société sa structure, son ouverture, son évolution.

… Pourquoi « musulmanes » ?

Parce qu’on a trop souvent tendance à n’entendre parler des femmes musulmanes qu’à l’occasion de faits tragiques, par le prisme de l’oppression, nous avons imaginé un lieu où nous pourrions montrer la diversité d’un quotidien autrement plus complexe.

… Pourquoi 100 ?

Parce que la multiplication des regards et des vécus nous semble être le meilleur moyen de restituer cette pluralité, loin de l’image unique et monolithique de « la femme musulmane » que l’on finit par se représenter.

Comment choisissons-nous ?

L’échantillon se répartit comme suit : 50 entretiens de femmes populaires et 50 entretiens avec des femmes hors du commun. À travers ces femmes, nous découvrons des régions et des métiers : fabricante de marionnettes en Indonésie, fellah dans le berceau du Nil, gérante d’un vignoble à la frontière syrienne, théologienne en Égypte, syndicaliste en Irak, peintre au Pakistan…

De quoi parlons-nous ?

De tout : de leurs pays et de son avenir, de leur vie quotidienne, de leurs joies et de leurs dou-leurs. Nous traversons des sujets comme l’enfance, la maternité, l’identité de femme au sein de leur société, la vie économique. Nous essayons aussi de les amener à imaginer ce dont elles rêveraient pour elles-mêmes, pour leur avenir.

Nous avons tourné dans seize pays

Afrique du Sud, Algérie, Bangladesh, Belgique, Égypte, Danemark, Finlande, France, Grande-Bretagne, Inde, Indonésie, Jordanie, Liban, Nigeria, Tanzanie, Turquie.

Nous prévoyons de tourner encore en…

Tunisie, Malaisie, Maroc, Iran, Sénégal, Oman, Pakistan, Ouzbékistan, Russie, Sri Lanka, Somalie, Afghanistan…

Un échantillon représentatif d’une certaine diversité culturelle

Nous avons fait le choix de tenir compte des équilibres statistiques en termes géographiques. Nous avons fait une étude détaillée sur le nombre de Musulmanes selon chaque région (voir tableau ci-dessus). Suivant cette répartition, notre objectif est d’interroger : 15 femmes d’Afrique subsaharienne, 56 femmes originaires d’Asie, 5 femmes originaires de l’ex-URSS, 5 femmes du Maghreb, 5 femmes d’Europe et de Turquie et 14 femmes du Machrek.

En revanche, nous abandonnons toute représentativité statistique concernant les métiers, les milieux sociaux et les pratiques cultuelles. Sans quoi, en vertu de leur surreprésentation, nous ne devrions essentiellement interroger que des femmes rurales asiatiques. Or, nous voulons montrer des femmes musulmanes ayant des personnalités très diverses, qu’elles soient artistes, romancières, scientifiques, sportives, élues, militantes, intellectuelles, paysannes, boutiquières ou femmes au foyer.

  • La mise en valeur des minorités musulmanes

Nous avons aussi choisi de faire découvrir des profils religieux atypiques méconnus au sein de l’Islam. En donnant la parole à des alévies, des kharidjites, des ismaéliennes, des femmes imams, des soufies….


  • 70 films sont tournés. 40 sont montés. Nous avons besoin de votre aide pour continuer le projet.

 



Newsletter

Message envoyé Envoi en cour

Ibu Tono, propriétaire de Warung (Indonésie)